Biologie

profil d'un animal millénaire

L’ancêtre de la tortue marine, Porganochelys, vivait sur terre. Depuis près de 150 millions d’années l’espèce évolue et s’est adapté à la vie sous-marine dans la forme que nous lui connaissons aujourd’hui. Les tortues marines ont conservé certaines caractéristiques de leurs ancêtres terrestres tel qu’un système respiratoire pulmonaire qui les oblige à remonter à la surface pour respirer et qui contraigne les femelles à pondre leurs oeufs à terre.

LE SAIS-TU ?

Et si tout était une histoire de cou ?
Les tortues terrestres et les tortues marines possèdent deux grands ancêtres : les Odontochelys et les Proganochelys. Les Odontochelys qui possédaient un cou rétractable sont restés sur terre et les Proganochelys qui ne pouvaient pas rétracter leur cou, ont évolué vers la mer.
Sans titre - 3

Tortue Terrestre et tortue marine, quelles différences ?

Passe la souris sur les images pour découvrir les différences !

LE SAIS-TU ?

les nageoires des tortues marines leur servent de moyen de défense...
Les tortues marines sont des animaux pratiquant la fuite lorsqu'elles se sentent en danger. Leurs nageoires musclées (appelées palettes natatoires) et la forme hydrodynamique de leurs carapaces leur permettent d'atteindre des pics de vitesse allant jusqu'à 35km/h !
Sans titre - 3

Distinction entre tortue mâle et tortue femelle

Les mâles sont très peu visibles : ils vivent moins près des côtes et ne sortent pas sur les plages. Le mâle adulte est reconnaissable à sa longue queue épaisse qui dépasse de ses pattes arrières. Il utilise les griffes de ses pattes avant pour s’accrocher à sa partenaire lors de l’accouplement. Les mâles juvéniles sont difficilement différenciables des femelles.

Crédit photo: Julie Melllinger

LE SAIS-TU ?

Les tortues marines possèdent une "spermathèque"...
On sait, par les analyses génétiques des oeufs d'un même nid, qu'il peut y avoir plusieurs papa ! Lors de la saison de reproduction, une tortue peut être fécondée par plusieurs mâles. Elle stocke les spermatozoïdes de ses différents partenaires dans sa spermathèque (organe de stockage des gamètes mâles, interne au corps de la femelle) pour s'en servir plus tard.
Sans titre - 3

Le cycle de vie des tortues marines

Les tortues marines sont des espèces migratrices qui effectuent des cycles de migration entre leurs zones d’alimentation, de reproduction et de ponte. Leur cycle de vie est rythmé par plusieurs étapes entre la terre et l’océan : 

 

 

 • L’INCUBATIONLes œufs enfouis dans le sable bénéficient de la chaleur du sol et de la discrétion du nid pour se développer à l’abri des regards et des prédateurs. La température du nid ainsi que la position des oeufs dans le nid détermineront le sexe des futurs tortillons. Les oeufs avec une température d’incubation en dessous de 29°C donnera majoritairement des tortillons mâles et au-delà de 29°C les tortillons seront majoritairement des femelles. Dans un nid la température n’est pas homogène. La variation dépendra de plusieurs facteurs physiques : l’emplacement du nid sur la plage, le type de substrat (sable blanc, sable noir, sable nu, couverture végétale…)

 

L’ÉCLOSION « la sortie de l’oeuf » : La sortie de l’oeuf a lieu environ deux mois après la ponte : elle peut se faire à plusieurs heures voir plusieurs jours d’intervalle d’un oeuf à l’autre. Une fois sortis de leurs coquilles, les tortillons s’attendent les uns les autres au fond du nid pour remonter tous ensemble le puits. Ce moment est le seul acte de coopération dans la vie des tortues marines.

 

 

L’ÉMERGENCE « la sortie du nid » : Après avoir attendu sous la surface le moment propice, les tortillons traversent la plage pour rejoindre au plus vite l’océan en se dirigeant par instinct vers l’horizon le plus lumineux : l’océan, grâce aux reflets de la lumière, de jour avec le soleil, de nuit avec la lune. Cette étape est primordiale pour le bon développement de leur motricité, mais également pour leur sens de l’orientation; qui leur permettra de revenir pondre sur leur zone de naissance. C’est une étape périlleuse durant laquelle les tortillons sont confrontés à de nombreux prédateurs et obstacles  naturels ou non (chiens, oiseaux, crabes, mangoustes, déchets…)

 

 

• STADE JUVÉNILE – DÉRIVE ET ALIMENTATION : Après s’être éloignés des côtes, les tortillons se laissent dériver en mer  en trouvant un abri sur lequel flotter (radeau de sargasses, déchets…) plusieurs années en cherchant de quoi s’alimenter. A ce stade, les juvéniles sont opportunistes et ont un régime alimentaire très varié. Ces années sont appelées “Les années perdues car il existe peu de connaissances et d’observations d’individus pendant cette période.

 

• STADE JUVÉNILE – RETOUR DES JEUNES PRÈS DES CÔTES : Les tortues vertes et imbriquées reviennent près des côtes pour se trouver une zone d’alimentation à laquelle elles se fidélisent, à priori pour le reste de leurs vies.  Seule la tortue luth, espèce pélagique, reste en pleine mer pour s’alimenter.

• STADE ADULTE 

– REPRODUCTION : Selon les espèces, les tortues marines deviennent matures sexuellement vers l’âge de 15-20 ans (parfois jusqu’à 30 ans !). Elles entament alors une migration vers les zones de reproduction, où mâles et femelles se rencontrent près des côtes et où les femelles entament leur saison de ponte

PONTE : La femelle monte sur la plage, creuse un trou et y dépose une centaine d’œufs en moyenne à chaque ponte (peut aller jusqu’à 250 oeufs en début de saison). La zone de ponte sur la plage varie d’une espèce à une autre : les tortues imbriquées et vertes pondent préférentiellement sous, ou à proximité de la végétation haute et arbustive de bord de plage tandis que la tortue luth pond en milieu de plage dans le sable nu. Elles pondent principalement la nuit pour éviter la chaleur et les prédateurs et réalisent plusieurs pontes pendant la saison. En Guadeloupe la saison des pontes s’étend chaque année de mars à octobre. (pic des activités de ponte mai à septembre).

Ces longs voyages entre aire d’alimentation et aire de reproduction rythment la vie de la tortue marine.

Sans titre - 3

Comment lire les traces de tortues marines ?

Les traces de tortues marines sur le sable sont facilement reconnaissables. Si vous apercevez une trace de “roue de tracteur” allant de l’océan vers le haut de la plage, il n’y a pas de doute : c’est la trace de passage d’une tortue marine. Cela étant dit, chaque espèce laisse une marque différente sur le sable en fonction de la façon de se déplacer, et de son poids

Passe la souris sur les images pour découvrir les différences !

LE SAIS-TU ?

Les tortues sont dites "hétérothermes"...
C'est à dire que leur température corporelle dépend de la température du milieu dans lequel elles se trouvent. C'est pour cette raison que les femelles viennent pondre sur la plage de nuit plutôt qu'en journée, pour éviter les fortes chaleurs (et les prédateurs). Contrairement à nous, elles ne régulent pas leur température, ni en transpirant, ni en frissonnant !
Sans titre - 3

Régimes alimentaires

A l’âge adulte, chaque tortue possède une alimentation qui lui est propre. La forme de son bec est étroitement liée à son type d’alimentation principale : C’est ce qu’on appelle une “adaptation morphologique”.

Crédit photo : Canva
Crédit photo : Canva
crédit photo: Claire Jeuffroy

La tortue imbriquée  avec son bec pointu et crochu qui lui permet décrocher des morceaux d’éponge, et de briser les crustacés. 

La bouche ainsi que l’œsophage de la tortue luth sont tapissés d’épines en kératine lui permettant de consommer des méduses sans ressentir les brûlures des filaments.

Le bec de la tortue verte est arrondi, régulier et munit de petits picots pour brouter les herbiers près des côtes.

LE SAIS-TU ?

Les tortues luth sont très gourmandes...
La tortue Luth , la plus imposante des tortues marines qui peut atteindre deux mètres et peser jusqu'à 900 kg, se nourrit quotidiennement d'une quantité de nourriture équivalente à son propre poids !